Bruno Retailleau : “Ma proposition de loi pour interdire les listes communautaristes aux élections”6 min read

Alors que les sénateurs examinent à partir de mercredi une proposition de loi imposant la “neutralité religieuse” des parents accompagnant des sorties scolaires, le président du groupe Les Républicains (LR), Bruno Retailleau, dépose un texte pour interdire les listes communautaristes aux élections. Une idée déjà portée par le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand ou la députée En marche Aurore Bergé. Le ministre Sébastien Lecornu a, pour sa part, appelé à “des fronts républicains locaux” pour faire barrage à d’éventuelles listes communautaires. Pour Bruno Retailleau, il s’agir de “contrer ce qui est une forme de sécession”.

Le Sénat va examiner un texte sur la “neutralité religieuse” lors des sorties scolaires. Pourquoi faut-il légiférer à nouveau?
En France, l’islam politique tente de construire une contre-société à visée séparatiste et antirépublicaine. Les preuves sont sous nos yeux. Selon deux études, celle de l’Institut Montaigne et celle, plus récente, de la Fondation Jean Jaurès, près de 30% de nos compatriotes musulmans considèrent que la charia est au-dessus de la loi républicaine. Nous sommes engagés dans une épreuve de force, non pas contre une religion – un islam apaisé a toute sa place dans notre pays – mais contre l’islam politique, dont le projet est de séparer les Français et d’affirmer la supériorité de la loi religieuse sur la loi civile. Face à cela, Emmanuel Macron est d’une formidable ambiguïté. C’est l’angle mort du macronisme.

Pourquoi cette “ambiguïté”?
Elle tient à sa conception du monde. Le chef de l’État est plus proche du modèle ­anglo-saxon multiculturaliste, qui juxtapose des communautés. Et son ­modèle ­progressiste considère que la ­fonction politique se limite à garantir les droits et les libertés individuels au nom de l’émancipation. Mais les Français attendent du ­Président qu’il soit le garant de l’unité nationale, pas seulement le gérant de la “start-up nation”. Il est aussi ambigu parce que sa majorité est celle du “en même temps”. Mais ­Emmanuel Macron doit sortir du double langage. J’attends du président de la République qu’il expose enfin clairement aux Français sa conception de la laïcité. Et je lui demande d’agir. Car pour l’heure, sur ces sujets, c’est “courage, fuyons”.

Vous voulez interdire les listes communautaristes aux élections. De quelle manière?
Après avoir présenté une liste aux européennes, l’Union des démocrates musulmans français veut maintenant en présenter aux municipales. Nous déposerons dans les jours qui viennent au Sénat une ­proposition de loi pour contrer ce qui est une forme de sécession, puisque ces listes veulent privilégier une partie de la population alors que notre République est “indivisible”. Nous proposons d’interdire tout financement public d’un mouvement communautariste, qui ne respecterait pas les principes de souveraineté nationale et de laïcité, et de prohiber, sous le contrôle du juge administratif, les candidatures et la propagande électorale communautaristes. Cela concerne tous ceux qui portent les ­revendications d’une partie de la population à raison de son appartenance religieuse ou ethnique. Cela signifie par exemple l’interdiction de signes religieux comme le voile sur les affiches ou les professions de foi. Nous souhaitons aussi que les élus, dans l’exercice de leur mandat, soient désormais tenus à une stricte neutralité, comme c’est le cas pour les fonctionnaires, lorsqu’ils représentent la ­collectivité, notamment lors des cérémonies officielles ou des réunions des assemblées territoriales. Si la révision constitutionnelle arrive à son terme, il faudra aussi préciser notre définition de la laïcité.

C’est-à-dire?
La laïcité, ce n’est pas seulement la neutralité de l’État à l’égard des religions. C’est un principe qui s’adresse aussi aux citoyens. Je propose d’inscrire dans la ­Constitution que “nul ne peut se prévaloir de sa religion pour se soustraire à la règle commune”. Cela réglera tous les débats sur les horaires différenciés de piscine, par exemple.

Le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, préconise des “fronts républicains” face aux listes communautaires…
C’est la même logique que la “­société de vigilance” de Macron : c’est l’État qui se défausse de ses responsabilités sur la société. La “société de vigilance”, c’est au mieux inefficace, au pire dangereux parce qu’on laisse les communautés face à face. Après l’attaque de la préfecture de police de Paris, il est d’ailleurs stupéfiant, alors que les faits sont gravissimes, dans la mesure où la sécurité de l’État a été mise en cause, que la seule décision prise a été de lancer des enquêtes administratives. La faiblesse de la riposte est à la mesure du manque de courage sur ce sujet.

Vous auriez souhaité des sanctions?
Évidemment. Pour signifier que ce qui s’est produit est inacceptable, et qu’on n’a pas le droit à l’erreur.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a déjà exclu de légiférer sur les accompagnantes scolaires…
Après les premiers incidents ­autour du voile à Creil [Oise], nous avons mis quinze ans à voter la loi de 2004 interdisant les signes ­religieux ostensibles dans les ­établissements scolaires. Entre-temps, on a laissé les chefs ­d’établissement se débrouiller seuls. On est en train de refaire la même chose. Nous ne pouvons pas nous défausser. L’école doit rester un sanctuaire, et les sorties scolaires ne sont pas des vacances. Elles s’inscrivent dans un projet pédagogique. Au nom de quoi ­aurait-on une règle différente pour l’école dans les murs et pour l’école hors les murs?

Diriez-vous comme le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, que “le voile n’est pas souhaitable dans notre société”?
Oui. Évidemment, toutes les femmes voilées ne sont pas ­islamistes. Mais tous les ­islamistes exigent des femmes qu’elles soient voilées. Le voile devient un étendard pour un islam ­politique conquérant. C’est le signe de la soumission de la femme. ­Veut-on encourager une société où la femme n’est pas l’égale de l’homme?

Macron veut être “intraitable avec le communautarisme” mais ne pas “stigmatiser” les musulmans. A-t-il raison?
Paroles, paroles, paroles… Qui pourrait dire l’inverse? Et après? Ce sujet est grave. Il menace l’unité de notre société. Il y a le ­djihadisme qui tue. Et il y a un islam politique, un communautarisme qui prépare le terreau des vocations djihadistes de demain. On doit s’attaquer à l’un et à l’autre, et ne rien céder. Nous avons des valeurs. Soyons-en fiers. La laïcité est exigeante, mais c’est une garantie de concorde civile. La promesse française permet à chacun de s’émanciper de ses déterminismes pour rejoindre la communauté nationale. C’est cette promesse que nous devons renouveler. Mais nous ne pourrons pas ouvrir nos bras sans l’effort consenti de nos compatriotes musulmans. Face à l’islamisme, j’en appelle à la force d’âme française.