Cette élection est un désastre pour En Marche, qui est décidément un parti hors sol.1 min read

Lors des ces municipales, les Français ont rejeté le duel que voulaient leur imposer Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Cette élection est un désastre pour En Marche, qui est décidément un parti hors sol. C’est aussi un échec pour le RN qui ne parvient pas à s’implanter, sinon à Perpignan mais avec une liste qui avait rejeté l’étiquette du parti. Cette situation de bloquage nous conduit à une impasse démocratique, avec une abstention record. Dans une période de grandes tensions sociales et existentielles, cette situation est très dangereuse.

La droite confirme quant à elle son implantation locale, conquiert de nouvelles villes et échoue là où la confusion des convictions lui a été fatale. Une majorité de Français continue donc de faire confiance à la droite au plan local. Mais si elle veut transformer ces succès locaux en victoire nationale, la droite a encore beaucoup de chemin à parcourir. Elle peut réconcilier la France des villes et des campagnes, mais à trois conditions. D’abord défendre nos libertés, et notamment locales; le Sénat fera des propositions sur la décentralisation dès cette semaine. Ensuite assurer la sécurité physique et économique des Français, en rétablissant notre souveraineté économique et en restaurant l’autorité de l’Etat. Enfin en promouvant une écologie humaine, qui puisse concilier le respect de la nature et la prospérité de nos compatriotes. Il y a sans doute des aspirations communes entre la préservation chère à la droite et la sobriété prônée par certains écologistes, mais à condition de s’écarter de la décroissance qui appauvrit les Français et du progressisme qui abolit toute limite.

Bruno Retailleau