Laïcité : l’État doit sortir du double discours et cesser d’ignorer la loi de 1905.2 min read

Alors qu’à grand renfort de communication le ministre de l’intérieur annonce une mobilisation de tous les préfets de France dans la lutte contre le communautarisme, nous avons pris connaissance ce matin d’une lettre du directeur de Cabinet du Rhône adressée à la Président de l’université de Lyon II qui peut faire sérieusement douter de la réalité de cette mobilisation annoncée. Ecrite il y a 8 jours, ce courrier annonce la tenue des « Assises territoriales de l’Islam de France » qui selon l’auteur « visent à accompagner l’émergence de structures départementales du culte musulman » . Le premier enjeu de ces assises annoncé par le directeur de Cabinet du préfet est profondément attentatoire à notre pacte Républicain et à la Laïcité telle qu’elle est prévue par la loi. En effet, il s’agit de « mieux faire connaître l’Islam dans la société civile notamment via les médias »
L’Etat aurait-il pour objectif d’aider une religion à faire de nouveaux adeptes ? A t-il la prétention de devenir l’attaché de presse d’un culte ?
Dans les ateliers qui se dérouleront lors de ses assises départementales, un sera consacrée à « la valorisation des interactions entre l’Islam et la société civile ».
Et cette journée se passera à la Préfecture du Rhône…
Il n’y aurait pas de difficultés à ce que les musulmans du département du Rhône organisent une journée comme celle-ci. Ce qui est très grave c’est l’implication de la préfecture et donc de l’Etat, ce qui est grave c’est qu’en faisant cela, l’Etat devient le collaborateur d’un culte.

Aussi je demande à Christophe Castaner de sortir de ce double discours. Il ne peut continuer à vanter la laïcité à Paris dans les paroles tout en balayant toute évolution législative pour l’adapter aux menaces que fait peser sur la République l’Islam politique. En refusant de faire évoluer la loi sur les signes religieux dans les sorties scolaires ou sur la présence de listes communautaires aux élections, le gouvernement sème le doute sur la réalité de son engagement à lutter contre ces menaces. Le gouvernement ne peut pas à la fois inviter les préfets à la vigilance sur le communautarisme à coup de circulaires qui se contentent de rappeler la loi tout en laissant certains d’entre eux ignorer cette même loi dans les territoires.
Je lui demande de s’expliquer rapidement sur l’attitude de la préfecture du Rhône.

Lettre_DIRCAB_à_DOMPNIER_Pdte_Univ_Lyon2_Assises_Islam_12112019-1-1