L’annonce de fermeté d’Edouard Philippe n’était-elle qu’un coup de com ?1 min read

L’Assemblée nationale s’est attachée à amoindrir la portée du texte voté par le Sénat.

D’abord, elle a supprimé la possibilité pour le Préfet de prévoir un périmètre de sécurité autour des manifestations. Ce périmètre permettrait pourtant de fouiller et de stopper les individus qui se rendent à des manifestations avec des armes, des cagoules ou des objets dangereux.

D’autre part, l’Assemblée nationale a dévitalisé une disposition essentielle du texte qu’est la création d’un délit lorsqu’une personne participe cagoulée à une manifestation. En effet, l’Assemblée nationale a précisé que le juge doit prouver que l’individu qui dissimule son visage entend participer aux troubles. Ce point rendra difficile la tâche des magistrats.

L’examen de la proposition de loi par l’Assemblée nationale risque fort de ne déboucher sur rien de concret, un faux-semblant de plus. Si le texte reste en l’état, l’annonce de fermeté du Premier ministre n’aura été qu’un coup de com.

 

Bruno Retailleau, Président du groupe Les Républicains au Sénat

Catherine Troendlé, Rapporteur du texte et sénatrice du Haut-Rhin