Loi anticasseurs: Retailleau dénonce une «dévitalisation» de son texte – Le Figaro – 29/01/192 min read

INTERVIEW – Pour le président du groupe LR au Sénat, qui avait déposé une proposition de loi après l’épisode des black blocs de Notre-Dame-des-Landes en 2018, l’Assemblée nationale a totalement dénaturé le texte initial.

LE FIGARO. – Quelles modifications du texte accepteriez-vous?

Bruno RETAILLEAU. – Oui à l’amélioration, non à la dévitalisation. Je jugerai sur pièces. Je ne demande pas mieux que ce texte soit amélioré. Une navette parlementaire le permettrait. Il y a un équilibre à trouver entre la sécurité et la liberté publique, mais j’entends bien, dans le chœur des pleureuses et la culture de l’excuse, ceux qui depuis des décennies ont désarmé l’État régalien. C’est pour cette raison que la France est confrontée aujourd’hui à des situations d’extrême violence. Si notre texte est totalement neutralisé, autant ne rien faire. Il n’est pas question que le Sénat donne une garantie de fermeté au gouvernement en cas de faux-semblant. Les faux-semblants, ça suffit! La loi asile et immigration s’était transformée en loi de gestion des files d’attente. Emmanuel Macron est encore prisonnier du «en même temps». Il essaye d’envoyer des signes à l’électorat de droite, mais nous verrons si ce signe relève d’une réelle volonté d’agir.

Pourquoi votre proposition vous semble-t-elle dévitalisée?

Malheureusement, l’Assemblée a totalement dénaturé ce texte sur deux points essentiels: l’instauration de périmètres de sécurité qui permettrait aux préfets d’ordonner des fouilles pour savoir s’il existe des armes par nature ou par destination a été supprimée. La deuxième dénaturation concerne le délit de dissimulation. En imposant au juge de prouver que celui qui dissimule son visage délibérément participe aux troubles, vous videz la mesure de sa substance.

Lire la suite

Cet article est publié dans l’édition du Figaro du 30/01/2019.

Par Emmanuel Galiero

Lire aussi...